Quel est le prix d’une maintenance inefficace ?

Maintenance prédictive
A travers des données chiffrées issues des plus grandes entreprises industrielles au monde, découvrez combien coûte réellement une mauvaise maintenance des équipements.

Combien coûte une mauvaise maintenance des équipements ?

Les temps d’arrêt machine imprévus sont un véritable fléau dans les secteurs industriel et manufacturier. Que l’on parle de secondes, de minutes ou d’heures durant lesquelles tout ou partie d’un site de production est immobilisé, la perte d’argent pour l’entreprise est rarement insignifiante. Le coût d’une mauvaise maintenance comprend le coût humain et matériel des interventions curatives qui doivent être réalisées au plus vite en cas d’arrêt machine non planifié, auquel il faut ajouter les pertes directes et indirectes occasionnées par l’indisponibilité temporaire des moyens de production.

Si les progrès de l’industrie en matière de technologie la rendent parfois plus vulnérable, ils la rendent parallèlement plus performante et plus intelligente. L’avènement de la maintenance prédictive, notamment, est la solution à un problème qui taraude les acteurs du secteur industriel depuis bien avant l’ère de l’IoT et du Cloud.

Pour comprendre à quel point la prédiction de pannes peut impacter positivement l’industrie, il faut d’abord comprendre à quel point son absence l’impacte négativement.

A travers ces données chiffrées issues des plus grandes entreprises industrielles et manufacturières au monde, découvrez combien coûte réellement une mauvaise maintenance des équipements.

 

Les effets d’une maintenance inefficace en chiffres

Une étude menée auprès de firmes majeures du secteur industriel et manufacturier révèle l’impact économique, en chiffres, d’une maintenance insuffisante des équipements.

- En moyenne, chaque mois, un site industriel subit 27 heures d’arrêt de chaîne non planifié, soit l’équivalent de plus d’une journée de travail, le tout sur une moyenne de 25 pannes mensuelles.

Plus précisément, on parle de 32 heures dans l’industrie pétrolière, 29 heures chez les constructeurs automobiles, 25 heures dans la grande distribution et 23 heures dans les industries lourdes.

Le temps occupé par les coupures de service inopinées ne varie que très peu d’un secteur à l’autre. Les chiffres légèrement supérieurs du secteur pétrolier s’expliquent par le caractère particulièrement sensible de l’activité, qui exige une interruption immédiate de la production à la moindre anomalie.

- Les pertes engendrées par ces incidents représentent, toujours en moyenne, 8% des revenus annuels de l’entreprise.

Pour mieux comprendre combien d’argent se cache derrière ces chiffres, référons-nous aux entreprises industrielles du Fortune 500. Ces titans de l’industrie détiennent les sites les plus importants, ce qui implique notamment deux choses. Premièrement, les chiffres - très conséquents - que nous nous apprêtons à citer sont proportionnels à l’ampleur de leur activité. Deuxièmement, ces entreprises, extrêmement prolifiques, sont supposément les mieux équipées pour faire face à ce type d’incident. Et pourtant :

- En moyenne, un arrêt inopportun coûte 148 $ par seconde, soit presque 9000 $ par heure, mais les chiffres peuvent rapidement prendre de l’ampleur selon les secteurs d’activité : 24 k $ / heure pour les biens de grande consommation, 188 k $ / heure dans l’industrie lourde, 220 k $ / heure dans l’industrie pétrolière et jusqu’à 1,3 million de dollars par heure dans construction automobile.

Les chiffres vertigineux du secteur de la construction automobile s’expliquent d’une part par la valeur des produits en jeu, et d’autre part par l’imbrication complexe des différents maillons de la chaîne de production, expliquant que la défaillance d’une seule zone ou d’un seul outil puisse se répercuter sur l’ensemble du site.

- On estime qu’un site industriel important perd environ 172 millions de dollars par an (environ 151 milliards d’euros) à cause des temps d'arrêt imprévus.

- Ensemble, les sites industriels des entreprises du Fortune 500 totalisent une perte annuelle équivalente à 864 milliards de dollars, soit environ 759 milliards d’euros.

Source des chiffres

Ces chiffres prennent en compte les pertes liées aux biens qui n’ont pas été produits pendant l’arrêt machine, aux salaires payés à des employés ne pouvant pas travailler et à d’éventuelles indemnités contractuelles, ainsi que les dépenses liées aux actions de maintenance, souvent particulièrement onéreuses car réalisées en urgence. Mais les pertes s’étendent beaucoup plus loin : dégradation de la réputation de l’entreprise, défaillance des produits, incapacité à respecter les délais de livraison, impact sur l’environnement, perte de confiance du consommateur…

 

La maintenance prédictive : “mieux vaut prévenir que guérir”

Grâce à des capteurs qui relient les équipements à un algorithme de machine learning, notre logiciel de maintenance prédictive, DiagFit, permet aux entreprises d’économiser les coûts liés aux arrêts machine intempestifs et à la maintenance d’urgence, coûts que l’on sait monumentaux à la lumière des chiffres précédemment cités.

En détectant les signaux faibles de défaillance avant que la panne ne se produise, les industriels sont en mesure d’anticiper leurs opérations de maintenance et de les planifier à des moments stratégiques pour ne pas qu’elles entravent la continuité de la production.

Recourir à une solution de maintenance prédictive, c’est s'offrir un gain de temps et des économies budgétaires considérables, améliorer le taux de rendement des équipements, accroître sa productivité et réduire, à terme, l’impact environnemental de son activité.

 

Nos cas d'usage